Catégories
News

Un Voyage à Galaxy’s Edge

En 2019, un parc d’attraction entièrement dédié à Star Wars ouvrait à Disneyland Resort, à Anaheim, en Californie, puis à Disney’s Hollywood Studios, situé à Orlando, en Floride. Et en attendant l’arrivée d’un équivalent digne de ce nom à Disneyland Paris, nous avons eu la chance de visiter l’un de ces Galaxy’s Edge, pour mieux vous préparer à un voyage vers une galaxie lointaine, très lointaine.

La Promesse

L’annonce de Star Wars: Galaxy’s Edge remonte maintenant à 2015, mais l’idée d’un parc consacré à la saga avait germé dans l’esprit des fans comme des imagineers (le nom qu’on donne aux bâtisseurs des parcs chez Disney) dès 2012, au rachat de Lucasfilm par la firme aux grandes oreilles. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Disney a mis ces longues années d’attente à profit.

L’ambition des deux parcs Galaxy’s Edge, construits à l’identique, est double. Il s’agit d’abord des plus grandes extensions jamais construites pour des parcs de l’entreprise, avec plus de 10 hectares occupés, au total. Par ailleurs, Galaxy’s Edge est aussi le premier parc dans lequel vous vivez l’un des univers de Disney, plutôt que d’en être le témoin.

Une Expérience Narrative

Dans les faits, cela veut dire que votre passage à Galaxy’s Edge est avant tout une expérience narrative et immersive, qui va bien au-delà des heures d’attente dans un décor inspiré de vos films préférés. Dans une certaine mesure, cette approche était déjà présente dans les parcs Disney, où les cast members (nom donné aux employés du parc) parlent et s’habillent en fonction de leur attraction. Mais à Galaxy’s Edge, l’idée est poussée encore plus loin.

Les cast members ne connaissent pas, par exemple, le nom de Galaxy’s Edge, qui n’est que la désignation commerciale du parc. Pour eux, vous êtes sur la planète Batuu, et plus précisément, vous marchez dans les rues du Black Spire Outpost, entre les épisodes VIII et IX de la saga, pour ceux qui se poseraient la question.

De la nourriture aux attractions en passant par les boutiques, tout a été réfléchi pour vous plonger dans l’univers Star Wars. Une sensation renforcée par l’apparition de certains personnages (visiblement plus nombreux en semaine, où ils ont vraiment le temps d’interagir avec vous) comme Kylo Ren et ses Stormtroopers, Chewbacca, Rey ou encore Vi Moradi, une héroïne qui n’apparaissait jusque-là que dans des romans.

Pour profiter au maximum de Galaxy’s Egde, on ne saurait que trop vous conseiller de réviser votre anglais et votre Star Wars, afin d’écrire votre propre histoire au fil de votre visite.

Les Attractions

Maintenant, il n’est pas certain que cet aspect narratif soit du goût de tous. En revanche, tout le monde voudra monter à bord des deux attractions qu’offrent les parcs Galaxy’s Edge. Et voici ce qu’il faut savoir sur elles.

Millennium Falcon: Smuggler’s Run

La toute première attraction (ou ride, si vous préférez le terme anglais) ouverte pour Galaxy’s Edge est en fait un simulateur nouvelle génération. Ici, il s’agit de piloter le Faucon Millenium, le rêve de tout fan de Star Wars, en somme. Et là aussi, l’approche est narrative, puisque votre vol sera personnalisé en fonction de votre poste et de vos résultats. Mais avant ça, il faudra affronter une file d’attente qui oscille entre 30 minutes et une bonne heure. Une activité guère palpitante, la faute à des décors un peu tristes, mais la dernière salle saura faire monter la pression ! En effet, après vous avoir attribué un rôle à bord du Faucon, on vous fera patienter près de la fameuse table d’Holo-Échecs.

Une fois à bord du cockpit, vous aurez une mission à remplir. Les pilotes dirigent l’engin de gauche à droite et de bas en haut. Les tireurs s’occupent de défendre le vaisseau. Et enfin, les ingénieurs réparent les dégâts infligés aux Faucon lors de la mission. Cette dernière, entièrement scriptée, vous emmène de Batuu à Corellia, la planète de Han Solo, pour voler des cargaisons de Coaxium, un carburant très précieux dans l’univers de Star Wars. L’idée est périlleuse mais vous serez heureusement aidés par la voix d’Hondo Ohnaka, personnage qu’on retrouvait dans les séries Clone Wars et Rebels, et qui s’offre ici un animatronique, en plus de vous coacher à distance.

Malgré cet aide, l’attraction reste délicate à dompter. Pour vous faire une idée de son potentiel, on vous recommande de multiplier vos passages à bord, quitte à emprunter la file des single riders. Vous serez alors séparés de vos compagnons de route, et sans aucun doute confiné au rôle d’ingénieur, mais vous aurez l’occasion de voir quelques variantes de la mission, selon les performances de votre équipage mais aussi quelques surprises scriptées, dont l’arrivée dans un champ d’astéroïdes !

Vous l’aurez compris, Millennium Falcon: Smuggler’s Run est un ride assez capricieux. Son ambition est palpable et l’attraction a le mérite de débiter de nombreux visiteurs, mais votre expérience dépendra beaucoup de votre rôle (croisez les doigts pour être pilote) et des compétences de votre équipage. Maintenant, dites-vous qu’il n’y a rien de plus cool que d’appuyer sur tous les boutons de ce bon vieux Faucon !

Rise of the Resistance

Seconde attraction de Galaxy’s Edge, Rise of the Resistance n’était pas encore en service à l’ouverture des parcs. Et même lors de notre voyage en janvier 2020, elle était encore sujette à des règles bien spéciales. Il s’agissait en l’occurrence de se lever très tôt, de rentrer à bord du parc puis de s’inscrire sur une file d’attente virtuelle pour la journée. Cette inscription se fait via l’application My Disney Experience, qui vous attribuera, avec un peu de chance, un numéro. Il vous restera ensuite à checker l’évolution de la file sur votre application : quand votre numéro est appelé, vous avez une heure pour vous rendre à l’attraction, et profiter d’une aventure d’un nouveau genre !

Car Rise of the Resistance est à la hauteur de sa réputation. Des mois de spéculations intenses n’ont rien enlevé à ce ride hybride qui combine narration, simulateurs, petits wagons, animatroniques et même une petite chute libre pour une expérience totale d’un bon quart d’heure. Vous avez bien lu, cette attraction vous plonge pendant plus de 15 minutes dans la peau d’un membre de la Résistance en mission !

Si l’accessibilité laisse un peu à désirer à l’heure où nous écrivons ces lignes, sachez que les moins courageux d’entre vous auront tout de même une chance de s’inscrire en rentrant dans le parc en tout début de matinée. Il ne vous restera alors qu’à prier la Force pour que l’attraction enchaîne les groupes sans aucune panne. C’est en suivant cette méthode que nous avons pu monter à bord de Rise of the Resistance une seconde fois, en fin de journée. Mais si vous voulez être certains de profiter de l’expérience, il n’y a rien à faire : il faudra se lever tôt.

On vous garantit que le jeu en vaut la chandelle. Encore une fois, la file d’attente n’est pas très vivante, mais vous offre une vue imprenable sur les tenues et accessoires des derniers films Star Wars. Puis l’attraction elle-même prend la relève, avec un certain nombre de caméos, la visite d’un Star Destroyer et même un soupçon de sensations fortes. Bref, foncez.

Boire et Manger

Comme toute bonne extension d’un parc Disney, Galaxy’s Edge vous offre également de quoi boire et manger. Mais encore une fois, tout se veut fidèle à l’univers Star Wars : les saveurs ont beau venir de notre monde, elle sont décrites, au moins en partie, avec des noms tirés de la saga. A titre d’exemple, on pourrait citer la viande de Kaadu, qui est en fait une belle côtelette de porc.

Docking Bay 7

Et maintenant qu’on vous a donné faim, causons nourriture. Le restaurant principal s’appelle Docking Bay 7. Bien installé au milieu du parc et reconnaissable au vaisseau posé sur son toit, cet endroit est particulièrement agréable et immersif. Ne vous faites pas avoir par son côté self-service : la qualité est au rendez-vous, pour des plats entre une douzaine et une vingtaine de dollars, ou plutôt, de crédits, comme on dit sur Batuu. Les recettes sont d’ailleurs très créatives, dans leurs goûts comme leur dressage, très futuriste. Un bon plan au passage : utilisez l’application My Disney Experience pour passer commande en avance et éviter les files d’attente !

Ronto Rosters

Pour une solution plus rapide encore, vous pouvez vous rendre au Ronto Rosters, juste à côté de Docking Bay 7. Ce restaurant en forme de terrasse est construit autour d’un réacteur de Pod Racer reconverti en grill, mais rassurez-vous, la viande est bien cuite comme dans notre monde. Ici le menu est bien moins varié, et repose sur un unique choix, à savoir le Ronto Wrap, et ses quelques variantes. C’est un sandwich en forme de pita, à la pâte très épaisse, fourré d’un coleslaw et de plusieurs viandes, pour un résultat assez spongieux, mais qui fait son office.

Oga’s Cantina

Enfin, sous réservation* ou après une file d’attente souvent trop longue, vous pouvez également grignoter chez Oga’s Cantina. Sans doute le lieu le plus Star Wars de tout le parc, ce bar bien caché vous propose une ambiance de dingue, avec des serveurs au taquet et une musique diégétique animée par Rex, droïde qui pilotait jadis l’attraction Star Tours, reconverti en DJ. Ici, la nourriture tient plus du tapas ou de la planche, mais elle est toujours servie de manière originale. On peut également dévorer des petits desserts appelés « provisions » en forme de boîte de Pétri. Ça ne fait pas envie comme ça mais les saveurs et les textures sont si originales qu’on vous recommande d’essayer ! Et n’oubliez pas d’accompagner le tout d’un verre : alcoolisés ou non, les cocktails d’Oga’s sont toujours ludiques et plein de couleurs. Vous pouvez même repartir avec des verres collectors, ou piquer des sous-bocks si vous êtes à court de crédits. On comprendrait pourquoi, vu les prix assez élevés de l’établissement.

The Milk Stand

Terminons par ce qui est peut-être LA nourriture la plus connue de l’univers Star Wars : le Lait Bleu ! Tout un stand lui est dédié, à l’extrémité du parc. On peut y découvrir le fameux breuvage, dans deux déclinaisons différentes : bleu donc, mais aussi vert. Dans les deux cas, la boisson n’a de lait que le nom : oubliez le lait-fraise de grand-mère ou même les milshakes, ce Blue Milk est plus proche d’un smoothie épais.

A tel point qu’il donne parfois l’impression de boire des dizaines de petites billes pleines de goût. En l’occurrence : fruits rouges pour le lait bleu, et des saveurs plus citronnées pour le vert. Surprenant, mais on y revient volontiers, d’autant que la boisson a le mérite de facilement vous caler en cas de petite faim.

Les boutiques

S’il vous reste quelques crédits après toutes ces expériences, on vous recommande de faire un tour dans les boutiques suivantes. La plupart sont accessibles sans payer, mais d’eux d’entre-elles méritent une introduction plus détaillée.

Savi’s Workshop

Cet établissement ne prend pas de visiteurs : pour y pénétrer, vous aurez besoin d’une réservation*, et de deux cents dollars environ. Une fois ces deux conditions réunies, vous aurez le droit de visiter Savi’s Workshop, et même d’amener un ami en guise de spectateur. Il ou elle sera sans doute cramponné à son téléphone, puisque chez Savi, on fabrique son sabre-laser, rien que ça ! Un autre rêve des fans de Star Wars, que cette boutique se propose de réaliser en vous proposant de combiner des pièces tirées de quatre styles différents.

Vous devez vous cantonner au style qui vous parle le plus, mais chaque famille de pièces vous propose au moins deux variantes pour chaque élément qui composera votre sabre-laser. On vous guidera ensuite dans la création de votre propre lame, du choix du cristal Kyber à l’émetteur en passant par votre style de gâchette. Le tout, dans une ambiance cérémonielle, ponctuée de sons, de lumières et de répliques fortes. Et en bonus, vous repartez même avec votre housse pour protéger votre sabre, sans frais supplémentaires.

Droid Depot

Comme Savi’s Workshop, Droid Depot vous propose une expérience narrative, mais contrairement au fabricant de sabre-laser, cette boutique est accessible à tous. Entièrement dédié aux robots de la saga, Droid Depot vous offre l’occasion de construire votre propre compagnon mécanique, là aussi sous réservation*, et aux côtés d’un potentiel spectateur.

Ici, deux types de droïdes vous sont offerts : les unités R et les unités BB. Une fois votre classe choisie, on vous donne rendez-vous devant un petit tapis-roulant où circulent des dizaines et des dizaines de pièces de droïdes. Vous choisirez son corps, sa tête, ses jambes, etc, avant d’assembler le tout aux côtés d’un professionnel, et avec de vrais outils. Là encore, l’ambiance est presque religieuse puisque vous donnez vie à un petit robot ! Une activité qui vous coûtera une centaine de dollars, sans compter un éventuel sac de transport, des stickers ou même des puces pour donner une personnalité plus tranchée à votre robot. Mais rassurez-vous, tout ça est optionnel et votre compagnon radio-commandé viendra avec ses propres sons et ses effets lumineux, ainsi qu’une boîte pour le protéger du voyage du retour.

Dok-Ondar et le marché

Les autres boutiques seront un tantinet plus conventionnelles, mais toujours très bien intégrées à l’univers Star Wars. A commencer par les antiquités de Dok-Ondar, un magasin circulaire qui contient un animatronique impressionnant, celui du gérant, un Ithorien ! Et pour tout vous dire, Dok-Ondar est un véritable collectionneur puisque la boutique regorge d’accessoires et de créatures tirés des films, au moins aussi nombreux que les produits que vous pouvez acheter sur place.

Ils vont des cristaux Kyber alternatifs pour votre sabre acheté chez Savi’s aux colliers portés par les personnages féminins de la saga, en passant par des petits Holocrons ! Un merchandising parfois plus inspiré qu’il n’est réussi, mais toujours amusant à regarder. Et les plus pointus d’entre-vous pourront même s’offrir le sabre-laser de leur personnage préféré, qui disposent de leur propre stand chez Dok-Ondar.

Enfin, tout un marché inspiré du Grand Bazaar vous attend sur Batuu, avec ses trésors en tous genres. Kat Saka’s Kettle vous propose de goûter du pop corn Star Warsien, Bina’s Creature Stall est entièrement dédié aux bestioles de la saga, Toydarian Toyshop propose des jouets diégétiques et enfin, Black Spire Outfitters entend vous habiller façon Sith ou Jedi ! Seuls Jewels of Bith porte finalement mal son nom, puisque là où on aurait pu attendre plus de bijoux se trouvent en fait les produits centrés sur le parc lui-même. Bon à savoir pour les plus partisans d’entre-vous : des boutiques spécialement dédiées à la Résistance et au First Order se situent aux deux extrémités du parc !

En Conclusion

Bien profiter de Galaxy’s Edge demande un minimum de préparation et de budget. On vous recommande de jeter un œil à nos tableaux ci-dessous pour vous trouver quelques formules qui vous aideront à préparer votre propre départ sur Batuu. Mais au-delà du temps et de l’argent que vous comptez investir sur place, rappelez-vous de réserver un maximum d’activités.

Car pour les français que nous sommes, partir sur place est loin d’être donné. On pourrait être tenté d’attendre la version française du parc, mais sachez que celle-ci sera sans doute amputée d’une bonne moitié des attractions et autres activités développées ci-dessus. A vous de faire le calcul donc, mais sachez qu’en Floride comme en Californie, Galaxy’s Edge est définitivement une expérience à part, à la croisée des chemins entre le jeu de rôle, le jeu-vidéo et bien sûr, le parc d’attraction dernier cri. Tout, de la scénographie aux odeurs en passant par les ambiances sonores, dont la musique signée John Williams, a été pensé pour plonger les fans de Star Wars au cœur de leur univers favori. Et ça, malheureusement pour votre porte-monnaie, ça n’a pas vraiment de prix.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à écouter notre podcast sur le sujet ou même à contacter Phobos et Republ33k sur Twitter. Et n’oubliez pas de suivre Outrider pour toute l’actualité de Galaxy’s Edge !

Que la Force soit avec vous !

* Les réservations ouvriront six mois avant le début de votre séjour, sur le site de Disney World ou Disneyland. Donc ne manquez pas cette date, et dites-vous qu’une demi année vous permettra sans doute d’économiser les crédits nécessaires à cette activité.

Séjour pour 2 sur 1 semaine

Séjour pour 2 sur 2 jours (hors avion)

Toutes les photos dans cet article ont été prises par nos soins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *